Quelle est la différence entre kiné et ostéo ?

Voilà l'une des questions la plus fréquemment posée. Mais elle est légitime tant ces deux professions sont proches et complémentaires. Les 2 professions sont manuelles dans leur approche : chacun des praticien utilise ses mains pour traiter son patient.

Tout d'abord, l'ostéopathe est un praticien de première intention, c'est à dire qu'il n'y a pas besoin de passer par votre médecin traitant pour consulter un ostéopathe. A l'inverse, il faut une ordonnance pour aller consulter un kinésithérapeute.

Ensuite dans l'approche : le kinésithérapeute va essentiellement travailler sur la rééducation musculaire, articulaire et la détente musculaire (par des massages). Il va rester plutôt local dans son traitement et va nécessiter plusieurs séances. L'ostéopathe a une approche globale du corps, va travailler autant sur le système musculaire, articulaire, viscéral, membranaire, crânien... et va se contenter d'une ou deux séance(s) pour le motif de consultation.

De plus, l'ostéopathe utilise exclusivement ses mains (aucun appareil secondaire), le kinésithérapeute va pouvoir utiliser différents appareils (électrodes, ondes de choc, appareils de musculation...) 


Comment se déroule une séance ?

Une séance dure entre 30 et 45 minutes, et va dépendre du/des motif(s) de consultation.

 

Elle va s'articuler principalement autour de 3 phases :

1. Anamnèse : cela correspond aux questions que l'ostéopathe va poser pour connaitre le motif de la consultation, l'histoire de la douleur, et commencer à déterminer s'il peut y avoir des contre indications totales ou partielles à une prise en charge ostéopathique.

2. Phase de Tests : le patients passe en sous-vêtement. S'il y a nécessité, c'est à ce moment là que l'ostéopathe passe à un examen clinique médical (prise de tension, auscultation, tests orthopédiques...). Puis, s'il détermine que la prise en charge ostéopathique est permise, il va procéder à l'examen clinique ostéopathique (observation, tests ostéopathiques). L'ostéopathe va chercher les zones dysfonctionnelles. De ces tests va découler le schéma dysfonctionnel et le traitement.

3. Traitement ostéopathique : par diverses techniques, l'ostéopathe va restaurer la mobilité des zones qui étaient dysfonctionnelles.

 

A la suite de la séance, il est préconisé d'observer une période de "repos" de 48h, afin que le traitement soit correctement assimilé par votre corps. Il s'agit de ne pas faire de sport et de se limiter aux taches quotidiennes, sans forcer physiquement. 

Durant quelques jours post-traitement, il peut survenir des raideurs, douleurs, courbatures, une grosse fatigue.... ces signes sont normaux et doivent s'estomper en quelques jours. Cela est dû à la réaction de votre corps au traitement, l'augmentation du métabolisme, la réorganisation tissulaire et des chaines musculaires. C'est ce qu'on appelle les effets secondaires du traitement ostéopathique.


L'ostéopathie est elle dangereuse ?

L'ostéopathie n'est en rien une pratique dangereuse, si le praticien est correctement formé. L'ostéopathie n'est pas dangereuse en soi. Par contre, il existe des contre-indications à certaines techniques ostéopathiques qui vont faire que votre ostéopathe choisira, dans une large gamme de techniques, celles qui seront le plus appropriées à votre condition.

Etant un thérapeute de première intention et ayant une formation de qualité, votre ostéopathe sera tout à fait en mesure de vous réorienter vers le spécialiste adéquat si votre cas ne relève pas de l'ostéopathie ou s'il existe des contre-indications formelles à la pratique de ces techniques en raison de votre état de santé. Votre ostéopathe fera alors un diagnostic d'exclusion.

Quelques sites Internet font état de témoignages de patients qui ont vu une dégradation de leur état suite à une séance d'ostéopathie. Comme dans  toute profession, il existe des bons et des mauvais praticiens. Demandez à vos proches ou à d'autres professionnels de santé, s'ils connaissent un ostéopathe de confiance et avec une bonne formation. Renseignez vous aussi sur l'école de formation de votre praticien (renommée de l'école, formation en 5 ans, avec clinique pratique interne à l'établissement, nombre minimum de patients traités durant les études...)


Peut on se déplacer une vertèbre/articulation ?

A moins d'avoir subit un traumatisme direct et violent (accident), il n'est pas possible de se "déplacer" une vertèbre. De nombreux ostéopathes parlent de "déplacement" des vertèbre , mais c'est un abus de langage. En fait il s'agit uniquement d'un blocage de votre articulation, qui induit une raideur et une douleur localisée. Et c'est ici que l'ostéopathe va intervenir pour débloquer votre articulation, et redonner la mobilité à la zone.

Tout déplacement d'une articulation ou vertèbre s'appelle une luxation, et est du ressort du milieu médical (contre indication totale à l'ostéopathie)


Toutes les techniques font-elles craquer ?

Non. Certaines techniques, appelées "directes structurelles" peuvent provoquer un bruit de craquement. Ce phénomène s'appelle "cavitation articulaire", et correspond à une mise sous pression de gaz intra-articulaire. En aucun cas il s'agit d'un bruit "os contre os". Il est la même résultante que lorsqu'on se craque les doigts.

 

De plus, le craquement n'est pas le signe d'une technique réussi et efficace.

Il s'agit ici d'une petite partie de toutes les techniques utilisées en ostéopathie. Pour le reste des techniques, il n'y a pas de bruits de craquement associés.

A savoir que les techniques ne doivent pas être douloureuses pour le patient.


Pourquoi mon ostéopathe regarde mes pieds, alors que je consulte pour un problème de dos ?

Comme expliqué plus haut, l'ostéopathie voit le corps de manière globale. Une douleur à un endroit, peut être la résultante d'une chaîne de dysfonctions provenant d'une zone éloignée.

Par exemple : un blocage articulaire (= dysfonction articulaire) sur un pied peut avoir des répercussion sur les appuis du patient, sur sa statique, et cela peut influer sur la mobilité du bassin. De cette perte de mobilité, le corps doit continuer à pouvoir se mouvoir correctement, c'est ainsi que les articulations du dos vont devoir compenser , seront sur-sollicitées, pouvant entraîner des douleurs à cet endroit

C'est pour cela que, pour une même douleur au même endroit, mais à deux instants différents, l'ostéopathe ne traitera pas les mêmes zones, ne retrouvera pas les mêmes dysfonctions.

Et il en va de même pour toutes les parties du corps : un blocage articulaire va déséquilibrer l'harmonie globale, engendrer des compensations qui, à terme et par effet de zone, vont provoquer des douleurs et des raideurs.